Franz Schultheis (2009-2019)

Franz Schultheis est professeur ordinaire de sociologie à l’Université de St-Gall où il dirige le seminaire de sociologie.

Il a étudié la sociologie aux Universités de Freiburg i. Br. et de Nancy. Il a reçu son doctorat en 1986 à l’Université de Constance et a travaillé comme chercheur au Centre de Sociologie Européenne Pierre Bourdieu dès 1987, tout en enseignant à l’Université de Paris I./Sorbonne, à l’EHESS et à l’IEP. Suite à son habilitation acquise auprès de Pierre Bourdieu en 1994, il a accepté un poste de professeur-assistant à l’Université de Genève et a donné des cours comme professeur invité dans plusieurs pays (Montréal, Louvain-la-Neuve, Strasbourg, Paris etc.). En 1999, il a été nommé professeur à l’Université de Neuchâtel, puis - quatre ans plus tard - nommé professeur à l’Université de Genève, où il a dirigé le Département de Sociologie.

Depuis 2001, il est membre du Conseil national de la recherche du FNS et a dirige depuis plusieurs années la commission pour l’égalité et la commission Marie Heim Vögtlin du FNS; par ailleurs, il est Président de la fondation Pierre Bourdieu à St-Gall.


Fariba Moghaddam (2013-2019)

Fariba Moghaddam est professeure à l’Institut Systèmes Industriels de la haute école d’ingénierie de la HES-SO Valais depuis 1998. Ses domaines de recherche sont la modélisation et la régulation de systèmes mécatroniques, l’optimisation énergétique de bâtiments par commande adaptative et par régulation prédictive ainsi que l’automatisation et l’optimisation de processus biotechnologiques.

Elle a obtenu son diplôme d’ingénieure électricienne de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne en 1992. Elle a ensuite travaillé comme assistante scientifique au Laboratoire d’Electronique Industrielle de l’EPFL où elle a obtenu son titre de docteur ès sciences techniques en 1995.

En 2011, elle devient la responsable de la filière inter-cantonale Master of Science in Engineering de la HES-SO.

Elle est née le 13 juin 1966 à Téhéran; elle est mère de deux enfants.


 

Wilma Minoggio (2016-2019)

Wilma Minoggio, titulaire d’un diplôme en pédagogie curative de l’Université de Fribourg, est la responsable de la coordination et du développement institutionnel de la formation à la Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana (SUPSI). Au sein de cette haute école, elle a dirigé le département Travail social et a été membre de la direction entre 2003 et 2015 en tant que directrice du département Sciences économiques et sociales (DSAS). Elle s’est notamment occupée de la stratégie, de l’organisation et de l’administration du département pour les domaines d’études de la gestion d’entreprise et du travail social sur la base d’un mandat de formation, de recherche et de prestations.

Forte d’une expérience de plusieurs années dans le domaine de la formation, Wilma Minoggio a été chargée de cours à l’Université de Fribourg et enseignante en pédagogie et en laboratoire de pratique professionnelle à la Scuola Magistrale di Locarno avant d’être nommée professeur en interne pour la filière en travail social de la SUPSI dans les trois domaines suivants: Intervention dans le contexte du travail social, Méthodes et instruments d’analyse, Handicap et intégration. Elle a toujours combiné activités de formation et activités de recherche, menant différents projets du Fonds national suisse (FNS) et de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI), réalisant des mandats de recherche à l’échelle cantonale et nationale, et prenant en charge, en 2014, la publication de la brochure Panorama, qui dresse un état des lieux de la recherche dans les hautes écoles suisses du domaine Travail social.

Présidente de l’association FODEI-CH (soutien au développement global des enfants dans les zones les plus défavorisées de la Bolivie), Wilma Minoggio a fait partie du comité directeur de la FOSIT (Fédération des ONG de la Suisse italienne) entre 2006 et 2013. Elle est membre de la Commission de la statistique fédérale depuis 2015 et du conseil d’administration de l’Ecole de théâtre Dimitri.


 

Wolf Linder (2012-2019)

Wolf Linder, politologue et juriste, a été professeur à l’IDHEAP Lausanne (1982-87) et à l’Université de Berne (1987-2009) après avoir mené des activités de recherche à l’Université de Constance et à l’EPFZ. A Berne, il a été directeur de l’institut de sciences politiques, doyen de la faculté des sciences économiques et sociales et, après sa retraite, médiateur de l’université. Il a été membre pendant huit ans du comité de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales et du Conseil de la recherche du Fonds national.

Son activité d’enseignement et de recherche a notamment porté sur la politique suisse et sur l’évolution démocratique dans les pays en développement. Il a œuvré comme expert pour la Confédération, les cantons et les communes et pour des organisations nationales et internationales actives dans la coopération au développement.

Wolf Linder est né le 26 mai 1944 à Saint-Gall.


 

Bruno Colbois (2012-2019)

Bruno Colbois est depuis 2000 professeur ordinaire à l’Institut de mathématiques de l’Université de Neuchâtel qu’il a dirigé entre 2004 et 2008. Son domaine de recherche est la géométrie riemannienne, notamment la géométrie spectrale.

Il a étudié les mathématiques à l’Université de Lausanne où il a obtenu son doctorat en 1987. Après un séjour de recherche à l’Université de Bonn, il a été professeur assistant à l’ETH Zürich entre 1992 et 1994, puis professeur à l’Université de Savoie, à Chambéry, entre 1994 et 2000.

Il a été président de la Société Mathématique Suisse pour les années 2010 et 2011 et directeur du programme doctoral suisse en mathématiques entre 2010 et 2014. Il est doyen de la faculté des sciences pour la période 2014-2016.

Né le 10 septembre 1959 à Troyes, il est marié et père de trois enfants.


 

Mirjam Christ-Crain (2016-2019)

Mirjam Christ-Crain est professeure clinique dans les domaines de l’endocrinologie, du diabète et du métabolisme à l’hôpital universitaire et à l’Université de Bâle depuis 2014. Elle co-dirige le département de recherche clinique de l’Université de Bâle avec Christiane Pauli-Magnus et est médecin-cheffe suppléante du département d’endocrinologie à l’hôpital universitaire de Bâle. Ses recherches portent principalement sur les hormones du stress, en particulier sur le cortisol et la copeptine.

Mirjam Christ-Crain a étudié la médecine à Vienne et à Bâle, où elle a obtenu son diplôme en 2000. De 2005 à 2007, dans le cadre d’un séjour de recherche, elle a travaillé à Londres et a terminé un doctorat à l’Université de Londres. En 2007, elle a obtenu son habilitation en endocrinologie à l’Université de Bâle. En 2009, elle est devenue professeure boursière du Fonds national suisse.


 

Daniel Scheidegger (2012 - 2016)

Daniel Scheidegger a été professeur ordinaire d’anesthésiologie à l’Université de Bâle de 1988 à 2013.

Il a étudié la médecine à l’Université de Bâle. Il s’est spécialisé en médecine interne (cardiologie), en anesthésiologie et réanimation et en médecine intensive à Delémont, Bâle, Genève et Boston. En 1987 il a pris la direction de l’unité de soins intensifs de chirurgie du ci-devant Hôpital cantonal de Bâle et a été nommé en 1988 à la direction du département d’anesthésie et de médecine intensive opératoire à l’Hôpital universitaire de Bâle.

Il a été membre du Conseil de la recherche du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) de 1998 à 2009 et en a présidé la division Biologie et médecine de 2007 à 2009.

Il est né à Bâle en 1948; il est marié et père de deux fils adultes.



Astrid Epiney
(Présidente 2012 - 2015)

Astrid Epiney a étudié le droit à Mayence, Lausanne et Florence. Ses recherches sur le droit international lui ont valu en 1991 un doctorat de l’Université de Mayence et l’habilitation en 1994 (droit international, droit européen et droit public). Après une activité de collaboratrice scientifique à l’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP Lausanne), elle a été nommée professeure associée en 1994 puis professeure ordinaire de droit européen et international à l’Université de Fribourg (Suisse) en 1996.

Elle a conduit plusieurs projets de recherche financés sur fonds externes (notamment le Fonds national suisse) et assumé divers mandats d’expert pour des organisations publiques et privées. Ses recherches portent notamment sur les relations Suisse-UE, le droit européen de l’environnement, le droit constitutionnel européen, le droit européen des transports, le droit de la protection des données et le droit européen de la migration.

Elle a assumé diverses fonctions de gestion universitaire (elle a été notamment doyenne de la faculté de droit et vice-recteur de l’université).

Astrid Epiney est née le 9 juillet 1965.



Heike Behrens
(2009 - 2015)

Heike Behrens a étudié l’allemand et l’anglais à l’Université de Kiel et obtint son doctorat en 1993 sur le thème « Temporal Reference in German Child Language: Form and Function in Early Verb Use » à l’Université d’Amsterdam. Sa spécialisation en recherche psycholinguistique l’a menée dans plusieurs instituts internationaux : TU Braunschweig, Max-Planck-Institut für Psycholinguistik (Nijmegen), UC Berkeley (DFG-Forschungsstipendium), Universität Köln, Max-Planck-Institut für Evolutionäre Anthropologie (Leipzig). De 2002 à 2005 elle travailla comme professeur de germanistique à l’Université de Groningen (Pays Bas). Depuis 2005 elle est professeur ordinaire en linguistique cognitive et apprentissage du langage aux  séminaires anglais et allemand de l’Université de Bâle. Ses projets de recherche actuels sont sur l’apprentissage du langage et la sémantique sensorielle. Par ailleurs elle est active dans le cadre de deux écoles doctorales : « Pro*Doc Sprache als soziale und kulturelle Praxis » et « DFG-Graduiertenkolleg zu Frequenzeffekte in der Sprache » de l’Université de Freiburg im Breisgau.

Heike Behrens est née en 1962 à Itzehoe (Allemagne).



Willy Benz
(2004 - 2015)

Willy Benz a étudié la physique à l’Université de Neuchâtel. Il a obtenu le titre de docteur en sciences naturelles avec une thèse en astrophysique à l’Université de Genève en 1984. Après avoir suivi une formation postdoctorale aux Etats-Unis, au Los Alamos National Laboratory, et à l’Université de Harvard, il a été nommé professeur assistant dans cette dernière en 1987. Les années suivantes il a enseigné à l’Université de Arizona (USA) et à l’Université de Genève.

En 1997 Willy Benz a été nommé Professeur à l’Institut de Physique de l’Université de Berne dont il est directeur depuis 2002.

Ses travaux de recherche et son enseignement lui ont valu le Milton Fund Award recipient en 1988 et le Thomas Temple Hoopes Price for Excellence in Undergraduate Teaching l’année suivante. En 2007, il a été nommé membre scientifique de la Max-Planck-Gesellschaft. Il était resp. est actif dans divers comités scientifiques consultatifs, entre autres comme président du Science and Technology Committee de l’Observatoire européen austral ESO (2009-2011), depuis 2008 comme membre de la Commission fédérale pour les affaires spatiales CFAS et depuis 2010 comme président du Space Science Advisory Comittee de l’Agence spatiale européenne ESA.

Willy Benz est né le 6 juillet 1955 à Neuchâtel. Il est marié et père de 3 enfants.



Peter Fröhlicher
(2008 - 2015)

Peter Fröhlicher a étudié les langues romanes, l’histoire de l’art et la littérature comparée aux universités de Zurich, Paris-Sorbonne, Sienne et Lima. Il a consacré sa thèse de doctorat à Guillaume Apollinaire et sa thèse d’habilitation à l’écrivain argentin Julio Cortázar. Il a enseigné aux universités de Neuchâtel, São Paulo, Veracruz et Vienne.

De 1985 à 1992 il a enseigné la littérature espagnole et latinoaméricaine à l'Ecole polytechnique fédérale à Zurich. De 1991 à 1996 il a été Professeur de littérature française et espagnole à l’université de Constance. Il est professeur ordinaire de littérature française moderne à l’université de Zurich depuis 1996.

Né à Zurich en 1949, il est marié et père de trois enfants.



Giambattista Ravano
(2012 - 2015)

Giambattista Ravano est physicien diplômé de l’EPFZ, où il a travaillé comme collaborateur scientifique et assistant. Il a enseigné pendant quelques années la physique au lycée et a été chargé en tant qu’expert informatique du développement de l’enseignement d’informatique dans les lycées tessinois. Il s’est ensuite spécialisé en informatique dans l’industrie privée; il est entré comme analyste et chef de projet dans une société internationale de conseils en technologies de l’information rattachée à un groupe international d’entreprises de transport maritime. Il est toujours actif dans ce contexte comme chef d’entreprise, consultant et responsable de divers projets IT. Il a dirigé le département des systèmes d’information et a été membre de la direction d’une entreprise de transport maritime basée en Angleterre avec des bureaux dans diverses parties du monde. Il a dirigé un grand nombre de projets IT, du développement de nouveaux systèmes d’information à la mise en fonction de systèmes de télécommunication d’entreprise.

Giambattista Ravano enseigne à la Haute école spécialisée tessinoise (SUPSI) notamment dans les domaines de l’ingénierie logicielle, des bases de données et des systèmes informatiques. Il dirige le Département des technologies innovantes et est membre de la direction avec responsabilité pour la recherche. Il a développé le nouveau Master of Advanced Studies in Computer Science et la recherche en informatique, participé au développement de la nouvelle faculté des sciences informatiques de l’Université de la Suisse italienne (USI) et développé un master en informatique appliquée en coopération entre l’USI et la SUPSI; il a organisé la recherche de la SUPSI dans une approche pluridisciplinaire et structuré la recherche du département en quatre instituts. Il a développé deux nouveaux cursus de Bachelor of Science, réalisé la réforme de Bologne pour les cursus de diplôme en ingénierie et mis en place le Master of Science. Il a développé le caractère international des cursus de diplôme et de la recherche en ingénierie et mis en route diverses coopérations avec d’autres institutions.

Son activité professionnelle privée et ses contacts étroits avec le tissu industriel l’on amené à s’engager dans les activités de transfert de technologie et à en devenir le responsable pour les hautes écoles de la Suisse italienne. Il est président de la fondation AGIRE, qui regroupe les associations industrielles, la Chambre de commerce, l’administration cantonale, l’USI et la SUPSI et les organismes régionaux de promotion économique. Cette fondation assume la coordination des activités régionales de développement et d’innovation; elle est chargée par le gouvernement tessinois d’allouer les fonds d’innovation aux startups et aux entreprises existantes.

Giambattista Ravano est père de cinq enfant et grand-père.



Andrea Schenker-Wicki
(2012 - 2015)

Andrea Schenker-Wicki a étudié les sciences de l’ingénieur à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich et les sciences économiques à l’Université de Zurich. Elle a obtenu en 1990 un doctorat de l’Université de Fribourg pour ses travaux axés sur la recherche opérationnelle et l’informatique. Elle a travaillé ensuite à la Centrale nationale d’alarme comme collaboratrice scientifique et responsable de l’information.

En parallèle avec cette activité elle a passé en 1995 l’habilitation à l’Université de Saint-Gall (la thèse d’habilitation a porté sur l’évaluation des performances des universités, la mesure de la performance et les indicateurs de performance) et elle a été nommée privat-docent en 1996.

En 1997 elle a rejoint l’Office fédéral de l’éducation et de la science (aujourd’hui: Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation) où elle a dirigé la section Affaires universitaires. Quatre ans plus tard, elle a été nommée professeure ordinaire d’économie d’entreprise à l’Université de Zurich et directrice du programme Executive MBA. Ses recherches portent en particulier sur le management de la performance, la gestion universitaire et la théorie des systèmes.

Andrea Schenker-Wicki est membre de nombreuses commissions et sociétés scientifiques. Elle préside notamment le conseil scientifique de l’Organe d’accréditation et d’assurance qualité et elle est membre du Conseil autrichien de la science. Elle a assumé des mandats de la Conférence universitaire suisse pour l’évaluation d’impact (2003) et pour l’évaluation ex ante (2007 et 2011) de "projets d’innovation et de coopération". Le ministère autrichien de la science et de la recherche l’a chargée en 2011 de la conception d’un cadre conceptuel pour un plan national universitaire.

Andrea Schenker-Wicki est née le 2 novembre 1959. Elle est mariée est mère de deux enfants.



Walter A. Stoffel
(2003 - 2015)

Walter Stoffel a étudié le droit à l’Université de Fribourg (Suisse) et à la Yale Law School, New Haven (USA). Sa thèse de doctorat portait sur les obligations d’égalité de traitement des étrangers découlant de traités internationaux. En 1979, il a obtenu son brevet d’avocat et a ensuite travaillé auprès d’un prestigeux cabinet d'avocats à Zurich. 

Il a obtenu son habilitation en droit de la concurrence à l’Université de Fribourg en 1986. Nommé Professeur ordinaire à la Faculté de droit de la même université dès l’année suivante, il enseigne dans la division francophone. Il a enseigné dans plusieurs autres universités étrangères, notamment à l’Université de Paris II, Paris, Université McGill, Montreal, Deakin University, Melbourne et Université de Turin.

Au centre de ses recherches et publications figurent le droit de la concurrence, la législation sur les sociétés ainsi que les questions concernant le système judiciaire suisse et international.

Entre 1981 et 1987, il a été vice-directeur de l’Institut suisse de droit comparé à Lausanne et de 1994 à 2000 «Scientific Director for the International Association of Legal Science». De 2003 à 2010, il a présidé la Commission suisse de la concurrence.

Walter Stoffel est né le 12 décembre 1949 à Zurich, il est marié et père de 3 enfants.



Gisou van der Goot (2014 - 2015)

Gisou van der Goot a fait des études d’ingénieur à L’Ecole Centrale de Paris. Elle a ensuite obtenue un doctorat en Biophysique Moléculaire de l’Université de Paris VI pour un travail sur le transport de l’eau dans le rein. Après un séjour postdoctoral au European Molecular Biology Laboratory à Heidelberg (Allemagne), elle a rejoint la Faculté des Sciences de l’Université de Genève pour débuter son groupe de recherche indépendant.

En 2001, elle fut nommée professeur associé à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève. Finalement en 2006, elle a rejoint la nouvelle Faculté des Sciences de la Vie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Elle était resp. est active dans de multiples organismes d’évaluation de la science, dont le Fond National Suisse, le Conseil Européen de la Recherche (ERC) et l’Organisation européenne de biologie moléculaire (EMBO). Elle a été vice-présidente puis présidente de Life Sciences Switzerland, la société qui regroupe différentes sociétés de sciences expérimentales du vivant.

Gisou van der Goot est née le 19 septembre 1964 à Téhéran.



Walter Wahli
(2008 - 2013)

Walter Wahli a étudié la biologie à l'Université de Berne, où il a obtenu un doctorat (PhD) en 1977.

Il a été chercheur postdoctoral au Department of Embryology, Carnegie Institution of Washington à Baltimore et visiteur associé au National Cancer Institute, National Institutes of Health à Bethesda (1978-1980).

Il a été nommé Professeur ordinaire et directeur de l'Institut de biologie animale de l'Université de Lausanne en 1980 et a occupé le poste de Vice-Recteur pour la recherche de cette Université de 1999 à 2003. Il a fondé le Centre Intégratif de Génomique qu’il a dirigé de 2002 à 2005.

Walter Wahli a été membre du Conseil de la Recherche du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique de 1987 à 2006 et a présidé la Division Biologie et Médecine pendant deux ans.

Ses recherches portent sur le contrôle génétique du métabolisme énergétique.

Walter Wahli est né le 23 mai 1946 à Moutier ; il est marié et père de trois enfants.



Fritz Farhni
(2000 – 2012) 

Fritz Fahrni a fait des études d’ingénieur à l’EPFZ. Il a obtenu le titre de docteur en 1970 au «Institute of Technology of Illinois», à Chicago. Il a complété sa formation académique en 1980 par le programme «Senior Management of the Business School, Harvard».

Après avoir participé à plusieurs projets de recherche et de développement, notamment à la NASA et chez Ciba-Geigy, Fritz Fahrni est entré dans le consortium Sulzer en 1976; il a été président de la direction du consortium et directeur général (CEO) de 1988 à 1999.

Depuis 1999 Monsieur Farhni est professeur à l’EPFZ et à l’Université de Saint-Gall où il a dirigé l’Institut pour le Management de la technologie (ITEM-HSG) jusqu’en septembre 2007.

Professeur émérite, Fritz Farhni siège dans 5 conseils d’administration et est membre individuel de l’Académie des sciences techniques.

Fritz Fahrni est né le 7 septembre 1942 à Winterthur.